Ils se retrouvent autour d’une pièce de théâtre où les barrières tombent.

Par Ouest-France 

Ils sont au chômage, seuls, retraités, bénéficiaires des minima sociaux… Bref, invisibles. Ils se retrouvent autour d’une pièce de théâtre où les barrières tombent.

C’est la troisième pièce de théâtre qu’ils montent en six ans au sein de l’Escapade, une entité sociale du Centre intercommunal d’action sociale de l’Ernée. Ils sont seize comédiens âgés de 30 à 70 ans et ils s’apprêtent à jouer leur dernière création, Délires à la résidence, à Ernée, dans le nord-Mayenne. Le temps d’une pièce de théâtre, d’une répétition, ils oublient leur vie cabossée.

« Être plus à l’aise »

Les trois quarts du groupe sont des personnes seules, en invalidité, en recherche d’emploi… Les autres, des personnes ressources de l’Escapade, bénévoles à la P’tite Boutique, à la P’tite Épicerie. « Tout le monde en retire un bénéfice humain. D’ailleurs, plusieurs regrettent de ne pas avoir intégré le groupe», explique Virginie Chaillou, animatrice coordinatrice à l’Escapade. Guidées et encouragées pas Sandrine Cazée, art-thérapeute de Montenay et présidente d’Ernée Théâtre (lire ci-dessous), elles se sont déjà retrouvées à vingt reprises, depuis la fin juin, pour répéter leur rôle.

Une histoire d’amour entre résidents, une scène de cambriolage, des courses de déambulateurs (!), l’arrivée d’un nouveau résident, le déroulement d’un après-midi dansant… Chacun a appris son rôle avec sérieux, pour le tourner en dérision.

« Ce sont plein de saynètes sur le quotidien d’une maison de retraite, avec plein de situations réelles ou imaginaires, mais toujours assez cocasses », explique Virginie Chaillou.

Daniel, 56 ans, joue pour la première fois… « avec difficulté ! Je suis infirmier dans la pièce. Je m’occupe d’un ancien qui est homosexuel et d’une cougar qui veut danser avec moi. Jouer, ça me permet d’être plus à l’aise avec les autres. Je suis un peu réservé de nature. »

Les bénéfices reversés à l’épicerie sociale

Joëlle, 64 ans, est également débutante sur les planches : « Ça me permet de m’exprimer plus facilement et de voir des gens. Je n’ai jamais fait de théâtre, on apprend plein de choses au niveau des gestes, ça me redonne confiance en moi pour vaincre ma timidité. »

Comme tarif d’entrée, la troupe a souhaité que le spectateur apporte une denrée alimentaire non périssable. « Ça peut être du sucre en morceaux, de l’huile, des tablettes de chocolat et plein d’autres denrées qui vont profiter aux familles bénéficiaires de l’épicerie sociale. »

Le but de l’Escapade « est de proposer des ateliers collectifs comme celui-là, ouverts à tous les publics du territoire, avec une attention particulière pour un public fragilisé », conclut Virginie Chaillou.

dessin-theatre-300x243

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s